Histoire

Le nom de la commune a varié au cours des siècles :

  • CETUNIAS au VIIIe siècle
  • CACHINIACCUM au Xe siècle
  • CHICHIVIACUS en 1116
  • CHICHEYUM en 1178
  • SCISSIACUM en 1226
  • CHICHICE en 1650
  • CHISSEY ou CHICHÉE avant 1789

Dès sa fondation, en 965, le prieuré de Chichée fut sous le vocable de Saint-Bon, ou Saint-Bonnet.

Dépendant de l’abbaye de Flavigny, il se développa jusqu’au XVe siècle et était composé de plusieurs bâtiments, y compris granges des dîmes et pressoirs, sources de revenus. Il était habité de quelques religieux qui cultivaient les terres de leur clos.

A partir du XVe siècle, les armoiries de l’Abbaye de Flavigny furent d’azur, à trois tours d’argent. Ce sont celles qui représentent historiquement celles de son ancienne dépendance de Chichée.

A la révolution de 1789, la petite communauté de moines fut dissoute et leur bien fut vendu. L’ex-prieuré, avec son enclos, fur morcelé.

Présentation

En plein cœur de la vallée du Serein et à une portée de flèches de Chablis, CHICHÉE offre l’image d’un village pittoresque, dans la pure tradition bourguignonne : une rue principale, bordée de vieilles bâtisses dont les façades en “pierres apparentes” supplantent avantageusement les façades crépies, d’où partent des ruelles, des impasses desservant maisons et granges implantées sur des caves voutées où il fait bon déguster, en présence des viticulteurs locaux, les excellents crus du terroir*.

La commune de CHICHÉE s’étend sur 1880 hectares dont environ 350 hectares de vignes en appellation dont trois premiers crus : Vosgros et Vaugiraut sur la rive gauche du Serein et l’historique Vaucoupin sur la rive droite, qui produisent des vins remarquables, de grande renommée nationale et internationale.

La population (342 habitants) évolue sensiblement, puisqu’en 1990 elle ne comptait plus que 311 habitants, auxquels se joignent le temps des week-end, des vacances scolaires et estivales, de nombreux résidents secondaires séduits par les attraits du site.

L’église Saint Martin, des XVème et XVIème siècles, offre une remarquable unité, et mériterait d’être classée à l’inventaire des monuments historiques. Le clocher, haut de 35 mètres, dominant le village, est garni de quatre fenêtres ogivales à meneaux. Les bases ont été murées autrefois, en temps de guerre, avec chacune deux ouvertures en meurtrière. A l’intérieur, on peut notamment distinguer une chaire du XVIIIème siècle, œuvre d’un artiste tonnerrois, un Christ couronné en noyer du XVème siècle.

Face à l’église, s’étend en pente douce la grande place de la Mairie – École datant de 1897. L’édifice remarquable par sa qualité et son ampleur provoque étonnement et admiration des esthètes.

Endroit idyllique pour passer d’agréables journées, le “Pâtis”, au bord du Serein, arboré à souhait, permet, outre les promenades ombragées, de s’adonner au plaisir de la boule lyonnaise sur des terrains spécialement aménagés à cette discipline, à la pétanque, à la lecture, aux jeux de plein-air, etc… Il accueille également la salle polyvalente – avec cuisine professionnelle aménagée – permettant d’organiser fêtes et réceptions.

De l’autre côté du Serein, “l’Aire de Saint-Vincent” enchantera promeneurs et pêcheurs : jeux (espace enfants, table de ping-pong …), cadre idéal pour déjeuner, dîner ou pique-niquer au bord de l’eau, avec tables et barbecue.

Un panneau d’informations, comportant la carte des circuits de randonnées pédestres, propose de découvrir d’autres sites et panoramas exceptionnels.

*l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Balades

Situé sur la vallée du Serein et entouré de ses vignes en coteaux, le village de Chichée est un lieu idéal pour les pêcheurs, les marcheurs, et tous les amoureux de la nature Bourguignonne.

  • le village est traversé par le chemin du tacot : cette ancienne ligne de chemin de fer secondaire était destinée à désenclaver la vallée du Serein, et relier deux lignes du P.L.M. : la prestigieuse ligne Paris – Lyon – Marseille à Laroche, et la ligne Avallon – Nuits-sous-Ravière à L’Isle-sur-Serein. Elle permettait de charger la production des carrières de Massangis et des cimenteries de la région, ainsi que le bois et le vin de Chablis.
    Ce chemin permet maintenant de jolies promenades à pied, à vélo, ou à cheval.
  • le sentier de Chichée : cet itinéraire, balisé en jaune et vert, permet de découvrir les vignes et paysages des rives droite et gauche du Serein en faisant une boucle d’une quinzaine de kilomètres.

descriptif à télécharger

lien sur Visorando

  • les loges : plusieurs cabanes en pierres, appelées loges ou cabotes, témoins du travail des anciens vignerons, à qui elles servaient de refuge pour y manger, se mettre à l’abri ou se reposer, ont été remises en état par des particuliers ou l’association La Vinée.

Galerie photos